Dans Loge #27 avec Patrice Caron

Dans Loge #27 avec Patrice Caron

Notre invité cette semaine: Patrice Caron, la machine à projet derrière Le Musée du Rock’n’roll, Projet Papineau et les GAMIQ. Il nous parle de CIBL, de son autobus et de son love/hate pour les Foufounes!

  1. Dans Loge #27 avec Patrice Caron 1:29:00

Embed

Copy and paste this code to your site to embed.

Dans Loge #26 avec Le Winston Band

Dans Loge #26 avec Le Winston Band

” On l’fait sérieusement sans se prendre trop au sérieux!” C’est le Winston Band qui débarque dans notre loge, cette semaine,pour nous faire goûter à leur Grillontines! Ils nous jasent de Lousianne et de Zydeco, de leur tournée européenne et de leur prochain album en production. Et la bière coule à flots!

  1. Dans Loge #26 avec Le Winston Band 1:07:32

Embed

Copy and paste this code to your site to embed.

Dans Loge #25 avec Lita

Dans Loge #25 avec Lita

Cette semaine, c’est le band Lita qui s’est joint à nous pour jaser de shows en Gaspésie, de l’importance des moments acoustiques et du choix, pas toujours évident, d’un nom de band! On boit de la bonne bière et on a du fun!

 

  1. Dans Loge #25 avec LITA 1:33:16

Embed

Copy and paste this code to your site to embed.

Party de fests

Party de fests

Signe d’un printemps qui s’annonce et d’un été surchargé, Mars voit les festivals d’envergure annoncer leurs programmations pratiquement les uns après les autres. Le 77 Montréal et Heavy Montréal ont lancé le bal, avec des affiches correctes, un peu de redite en tête, mais avec des 2e et 3e lignes intéressantes. Le Pouzza Fest a peu de temps après renchéri avec une affiche ridiculement surchargée, en fait ils battent tous les records en ce moment et il sera difficile pour n’importe qui de s’y retrouver. Le Festival d’été de Québec a su trouver un équilibre entre valeurs sures, découvertes et scène locale, avec une polémique en prime quant à la présence féminine en tête d’affiche, problème qui afflige tous les festivals en fait, mais il aura fallu qu’on pointe le FEQ plus particulièrement pour que le débat renaisse. Le Diapason de l’année dernière avait subi le même genre de foudre, mais voilà, c’est le cas de tous les festivals ou presque. Même le plus progressiste des festivals, Osheaga, n’y échappe pas. Mais l’effort y est et l’affiche qui devrait plaire à plus d’un fan de moins de 40 ans, invite, entre autres, une égérie des femmes qui rock, Debbie Harry et son band Blondie, un exemple de la programmation tous azimuts du festival. Pas trop loin de la folie du Pouzza Fest, le Rockfest dévoilait lui aussi une affiche surchargée de testostérone, avec 7 lignes de valeurs sures, mais c’est la suite qui est plus intéressante, notamment avec le premier passage des Toy Dolls en terre canadienne, le retour épisodique des Marmottes aplaties et celui inespéré des Bons à rien. C’est maintenant l’heure des choix difficiles, à moins d’être riche et d’avoir 3 mois de vacances, où est-ce qu’on va? Et il reste encore quelques festivals à annoncer… Misère.

Convention des Artisans de la Musique

Convention des Artisans de la Musique

Apparue comme un cheveu sur la soupe dans notre fil d’actualité l’année dernière, la Convention des Artisans de la Musique (CAM) tiendra sa première édition les 26 et 27 mai prochain au Centre des Congrès de St-Hyacinthe. Si la ville a pu se targuer d’être la « capitale » du yéyé dans les années 60, aujourd’hui qu’en reste-t-il à part le Zaricot et le disquaire Fréquences? On apprenait la semaine dernière la fin du festival Agri-Rock, le Trash n’est plus qu’un souvenir, bref, pourquoi St-Hyacinthe? Parce qu’un infatigable s’y trouve, Samuel Robert, grand manitou derrière cette initiative qui, à force de relance et d’acharnement, a réussi à rallier près de 300 groupes et compagnies pour un week-end unique où la musique d’ici sera à l’honneur. L’autre défi, et non le moindre, sera maintenant d’attirer le public à le visiter. Parce que si les artisans de la musique sont très conscients des difficultés actuelles de se frayer un chemin à travers les algorithmes, on ne peut pas dire qu’il en est de même du public. Est-ce que la CAM fera fléchir un peu cette lourde tendance? On se le souhaite. Ce sera, du moins pour un week-end, la capitale de la musique du Québec et pour quiconque qui a un minimum d’intérêt pour ce qui se passe sur ses scènes, l’occasion d’apporter son support direct à ceux qui y croient encore.

Convention des Artisans de la Musique, 26 et 27 mai au Centre des Congrès de St-Hyacinthe, 1325 Rue Daniel – Johnson O, Saint-Hyacinthe. http://camquebec.ca/