Papinôscope Vidéoclub – La musique au cinéma.

Papinôscope Vidéoclub – La musique au cinéma.

L’histoire du cinéma est intimement liée à celle de la musique moderne et/ou populaire. Du pianiste qui accompagnait les projections de films muets jusqu’au générique du plus récent Star Wars, la musique fait partie de l’ADN du 7e Art. Que ça soit comme une composante ou sujet de l’œuvre.

L’arrivée du rock’n’roll dans l’histoire moderne est due en grande partie au cinéma. Même si la forme musicale est apparue plusieurs années auparavant, il faudra que la version de «Rock around the clock» par Bill Haley and The Comets, parue en 1954 sans effet notable, devienne la chanson principale du film «Blackboard Jungle» en 1955, pour que la jeunesse s’emballe et propulse la chanson au premier rang des palmarès, enclenchant pour vrai la première vague rock’n’roll et préparera l’arrivée officielle d’Elvis. And the rest is history.

Même si sa cinématographie est sujette aux débats, Elvis sera aussi celui qui liera définitivement le rock’n’roll et le cinéma. Et les Beatles saisiront dès le départ l’importance du médium et se commettront rapidement avec A Hard Day’s Night qui cimentera la renommée du groupe à travers le monde ainsi que la relation entre le rock et le cinéma. Par la suite, le nombre de films ou d’émissions de télévision sur le sujet s’est multiplié, que ça soit en fiction ou en documentaire. L’arrivée des chaines spécialisées et Internet a accéléré l’intérêt pour ce dernier genre, intérêt que des services comme Netflix ont pu comptabiliser et produire du contenu en conséquence pour capitaliser sur le phénomène.

On se retrouve aujourd’hui avec une banque hallucinante d’œuvres sur une quantité de groupes et d’artistes, vedettes ou non, dont les histoires ont servis à faire les dents à de futurs réalisateurs de renom ou intéressés des pointures comme Jim Jarmusch ou Cameron Crowe.

Question de souligner ou mettre en lumière certaines de ces œuvres, l’équipe de Papineau a eu le goût de présenter une série de projections sous le nom de Papinôscope Vidéoclub, un genre de festival de films de genre, sur le thême des films musicaux, documentaires, fictions et biopics.

Le premier programme se déroulera le 21 janvier prochain au Divan Orange avec la projection d’un documentaire sur le groupe français OTH et un autre sur la venue de Bérurier Noir au Festival d’Été de Québec en 2004.

La suite sera annoncée bientôt, ce n’est pas le choix qui manque, c’est qu’il est plutôt difficile vu la quantité. Joyeux problème.

 

FacebooktwittermailFacebooktwittermail